• La Fin d'un Monde I : Travailles, Consommes... et meurs.

    A force, j'ai fini par oublier que je vis dans un autre monde.
    Hélas le monde se charge de me rappeler ma diffèrence.

    Je n'ai toujours pas spécialement envie de parler de moi, par contre j'ai envie de partager mon expérience.

    Ma principale différence est, je crois, mon rapport à la consommation.

    Comme le rappelle si bien Molière :
    "Il faut manger pour vivre, et non pas vivre pour manger."
    Je déplore la réduction de trop nombreux occidentaux au stade "analophaganal",
    ou plus exactement comme l'a fait remarqué Greg Egan il y a peu de temps dans une interview pour Bifrost :
    au stade de "Modem".

    Sources Illustration : Collectif Ftp http://cftp.lautre.net/

    « La Fin d'un Monde II : Débarassons nous des voitures...Mon premier clip numérique »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 12 Septembre 2007 à 12:42
    consos
    caddie le dis tu !
    2
    Lundi 17 Septembre 2007 à 21:35
    La fin d'un monde
    "En manque d'être, on se rabat sur l'avoir..."
    3
    julien
    Vendredi 21 Septembre 2007 à 01:03
    comme le dit si bien...
    tu es si différent, tu es tellement spécial, tu es so unik, que même ton bandant reflet ne te ressemble pas.
    4
    Dimanche 23 Septembre 2007 à 18:44
    La fin de la phrase
    Merci, Sead, pour cette précision :) ...et à défaut d'avoir, on peut toujours paraitre.
    5
    Dimanche 23 Septembre 2007 à 19:01
    Je ne suis pas seul :)
    Merci Julien pour ton comment touchant, je te dois cet éclaircissement : Il m'arrive de me retrouver dans des voitures, je crois d'ailleurs que le caractère exceptionnel de la chose à justifié l'autoportrait. Par ailleurs dans le genre plus paradoxal, j'ai même un permis de conduire ! Mais je l'ai passé à mon corps défendant, pour être en conformité avec mon taff. Pour finir, je ne dis pas que c'est facile de faire sans voiture et je ne m'en vante pas, je dis juste que c'est possible. L'autre jour dans metro, il y avait un article qui se terminait par une phrase superbe d'une jeune femme de 27 ans qui préfèrait vivre à la rue : "On est peu être différents, mais eux c'est pire, ils sont tous pareils"
    6
    Dimanche 30 Septembre 2007 à 15:18
    Réalité?
    Nous sommes tous des cons, sots, mateurs...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :